Témoignage d’Anne

Je m’appelle Anne, j’ai 32 ans et j’ai mis au monde mon petit prince il y a trois ans, Robin (en janvier 2015). J’ai vécu une première grossesse de rêve et un accouchement tout aussi beau. Je crois que l’on rêve toutes d’accoucher par voie basse, d’accueillir ce petit être dans nos bras avec notre homme ou notre femme, de la famille ou seule, et de le serrer fort quand il arrive au monde. Mais parfois, cet instant n’est pas comme on aurait pu l’imaginer ou il est juste différent.
C’est ce qui s’est passé pour moi. J’ai accueilli mon petit chat seule (mon homme était en salle de peau à peau à l’attendre seul lui aussi) par césarienne. Une césarienne d’urgence à deux jours du terme car j’ai subi du faux travail pendant cinq jours.

Après plusieurs visites à l’hôpital non concluantes, je reviens ce lundi 19 janvier avec des fortes contractions rapprochées. Après un examen du col (celui ci étant à 3 cm) j’ai été gardée à la maternité et le travail a continué mais que jusqu’à 5 cm ! À partir de là, plus d’évolution…
Mon petit chat le vivait bien mais lorsque l’on a voulu m’aider pour accélérer le travail (à l’aide d’un produit car depuis cinq jours mon bébé avait commencé à descendre), mon petit chat n’a pas du tout apprécié et son petit cœur s’est emballé ! Pour lui je suis restée sereine, l’équipe qui m’entourait a appelé la sage-femme qui m’a tout de suite expliqué la situation. Il y avait un risque de déformation crânienne du fait qu’il soit descendu dans le col depuis plusieurs jours !

C’est donc l’heure de partir au bloc, seule, pour l’accueillir. Ce moment a été assez dur pour moi car je partais seule laissant mon homme seul aussi. On allait vivre chacun de notre côté la naissance de notre premier enfant sans pouvoir se soutenir ou tout simplement partager le plus bel instant de notre vie. C’est pour moi le seul gros point négatif de ma césarienne, avoir été séparée de mon homme.
On m’installe dans un bloc froid entourée d’environ cinq personnes. Il y a l’obstétricienne, des infirmières et l’anesthésiste qui est resté avec moi de l’autre côté du champs opératoire. On me prépare à la césarienne (perfusions, etc.) et comme ils sont sympas, ils m’installent un tuyau d’air chaud pour me réchauffer.
Et c’est parti, l’obstétricienne m’explique tout. Elle commence par vérifier que je suis bien anesthésiée du bas ventre (petits pincements de la peau) puis elle découpe plusieurs couches de peau pour aller chercher mon petit prince. Comme j’étais consciente pendant la césarienne, l’anesthésiste m’a tout expliqué du début à la fin (je suis curieuse sur ce domaine).
À 21h12 mon fils a enfin pointé le bout de son nez. Quand j’ai entendu le son de sa voix, ce premier cri qu’on attend tellement, mon cœur a été littéralement submergé d’une vague d’amour, mes yeux d’une vague de larmes et encore plus quand j’ai vu sa bouille. Je n’oublierai jamais cet instant, cette première rencontre juste lui et moi. C’est l’heure pour mon petit chat de partir à la rencontre de son papa pour un peau à peau ! Heureusement pour lui car il fait trop froid dans ce bloc, 14 degrés je crois, alors qu’avant c’était plus agréable pour lui au chaud dans le ventre à maman.
Pour moi ce n’est pas terminé. Il faut me retirer la poche des eaux, nettoyer le logement de bébé pour que tout soit impeccable pour le locataire suivant, puis à partir de là on referme avec des agrafes (pour ma part) et on m’accompagne en salle de réveil. J’ai eu la chance en me réveillant d’avoir mon chéri et notre fils avec moi (exceptionnel en salle de réveil mais j’étais la seule). J’ai eu la chance d’avoir une super équipe de mon arrivée à mon départ de la maternité. Merci à eux. Même si je n’ai pas accouché comme tout le monde, j’ai vécu la naissance de mon fils comme un beau moment et surtout il était en bonne santé et il n’y a que ça qui compte pour moi !

Anne

https://www.instagram.com/annevanpeene/