Témoignage d’Apolline

Quand on parle grossesse, on parle (trop ?) souvent de poids. On entend notamment que les kilos s’installent, qu’ils sont difficiles à perdre, que c’est normal, que c’est aussi ça la chance d’avoir pu porter son bébé, que ça donne des vergetures, de la cellulite, et j’en passe.
Avant de tomber enceinte, le poids était un aspect qui m’inquiétait. J’avais peur, moi aussi, de beaucoup grossir, de ne pas savoir reperdre, de changer et de ne pas savoir apprivoiser la nouvelle silhouette. Il n’en fut rien et je voulais donner un témoignage positif à ce sujet, car je trouve que c’est plutôt l’inverse qu’on entend ! La grossesse est quand même quelque chose de merveilleux et de naturelle surtout. Le corps est intelligent et fait plutôt bien les choses, faisons-lui confiance.

En tombant enceinte, mon premier symptôme a été l’appétit. Je suis plutôt mince (50/52 kg pour 1m69). Je ne mange pas énormément mais je ne me prive de rien. Je n’ai jamais eu de problème de poids et je crois que depuis que j’ai ma taille d’adulte j’ai toujours fait ce poids.
Un soir pendant les vacances, alors que je ne sais pas encore que je suis enceinte, je mange bien plus qu’à mon habitude. Mon mari sent quelque chose, il me dit de faire un test, ça ne loupe pas : positif. On est très très très heureux. On a un peu attendu ce bébé.
Premier rendez-vous chez la gynécologue après un mois de grossesse et elle m’annonce d’emblée : « 10 kg c’est bien ! Pas moins de 8, pas plus de 12. » (Par rapport à la prise de poids pour ces neuf mois). Bon… Je ne me rends absolument pas compte de ce que c’est. Je prends l’information comme elle vient, je la note dans un coin de ma tête.

Seulement les mois passent et je prends trop de poids à son goût. Personnellement je trouvais que ça allait. Elle ponctue toujours ses remontrances d’un : « Ça va parce que vous étiez mince. » Elle emploie donc le mot « mince » au passé. Très bien. Je lui dis que j’ai faim, vraiment faim, une faim que je n’ai jamais connue. Une faim qui me fait me lever la nuit, le matin à 6h, qui me pousse à aller acheter des gâteaux en pleine journée, qui me pousse à manger des choses que je n’aurais jamais avant. Je mange de tout, moi qui suis plutôt difficile en temps normal. Pas tant par goût mais parce que j’ai faim ! Je sens que je dois manger. La gynécologue me conseille alors de boire de l’eau et manger une pomme. Super, c’est à peu près l’exact contraire de ce dont j’ai envie !
Arrive le 9ème mois (j’ai accouché à terme) et avec lui, les kilos du dernier mois !
Verdict : j’ai pris 13kg. Je n’en peux plus de ma grossesse, c’est trop long, trop lourd, trop tout. Je ne pense pas tellement au poids et en même temps, je me rends compte que sur la fin je prends vite et plus. Je me demande si je vais reperdre tout ça. Comment ? Sous combien de temps ?

Et puis, j’accouche. Le lendemain de mon accouchement mon ventre a nettement réduit (je n’allaite pas, je précise). Cela n’est pas ma priorité, je n’accorde pas trop d’importance à mon poids pendant mon séjour à la maternité. Et puis je rentre à la maison et je me pèse rapidement. Je voulais faire un état des lieux. Et là surprise. Il me reste 4kg à perdre. J’ai donc perdu avec l’accouchement et les trois jours à la maternité : 9 kg !!!
C’est décidé : pas de régime. Les 4 kg restants partiront quand ils partiront ! Je m’étais achetée une Belly Bandit, des bodys, des leggings ventre plat, et j’en passe. Je n’ai rien absolument rien utilisé. Et c’est très précisément dix jours après la naissance de ma fille que j’ai perdu la totalité des 13 kg de grossesse. Mon corps était redevenu exactement celui qu’il avait toujours été. Ma garde robe est restée inchangée.

Je suis tombée enceinte une deuxième fois, très rapidement après (huit mois après). Hors de question de me priver pour cette grossesse, je savais que je perdais vite. J’avais compris que la faim que j’avais pendant ma grossesse (et qui disparaissait d’ailleurs à l’instant où j’accouchais !) était indispensable. J’ai pris 15 kg, reperdus tout aussi vite.

Deux enfants, un poids inchangé et le corps identique à avant. Pas de hanches plus larges, pas de ventre plus gros, pas de cuisses plus épaisses, pas de vergetures (crème vergetures tous les jours pour mes deux grossesses), rien. Il faudrait juste que je pense au sport pour retrouver un peu de tonus quand même !
Certains diront que j’ai un bon métabolisme (peut-être). Je ne suis pas très vieille (enfant à 28 et 29 ans), et j’ai et avais une hygiène de vie plutôt saine (avant, pendant et après les grossesses) mais je voulais vraiment dire que la grossesse ne défigure pas forcément le corps, que celui-ci est plutôt bien fait et sait faire une place au bébé et reprendre ses droits après.

Apolline