Témoignage d’Olivia

Je décide de partager ma grossesse, car je trouve que cela reste un sujet un peu tabou, dans le sens où dans les mœurs une grossesse c’est « parfait » et « joyeux » et j’ai l’impression qu’une femme enceinte n’a pas le droit de dire : « J’ai détesté être enceinte ! »
Tout d’abord, pour ma part, cette grossesse était vraiment désirée et avec mon conjoint, nous nous sentions prêt à accueillir le fruit de notre amour. Mais en vérité, je dois avouer avoir très mal vécu mes premiers mois de grossesse… Je pense que je m’étais fait un idéal : ne pas tomber enceinte avant au moins six mois après l’arrêt de ma pilule (car on m’a souvent dit que pour une première grossesse tout était souvent plus long), garder ce petit secret rien que pour nous les trois premiers mois, faire une jolie annonce à nos proches et espérer continuer à travailler le plus tard possible !
Finalement, rien ne s’est « déroulé » comme je me l’étais imaginé. Je suis tombée enceinte très vite (à peine trois mois après l’arrêt de ma pilule) et la nouvelle est « tombée » en même temps que des évènements incompatibles de notre emploi du temps ! (week-end entre amis, puis week-end en famille… !). Difficile donc de rester discret et de cacher ma grossesse.
C’est à ce moment que tout a déraillé psychologiquement ! Je pense que je me suis mise la pression toute seule face au fait que je voyais bien que notre entourage se doutait de quelque chose mais que personne ne disait rien… Il y avait comme un certain malaise, et je me sentais un peu seule face à tout ça. Alors qu’en vérité, peu de gens se doutaient de ce genre de nouvelle et ceux qui avaient deviné attendaient patiemment l’annonce officielle.
Bref, vous l’aurez compris ce début de grossesse a été un peu difficile à digérer de mon côté. J’ai commencé à me renfermer sur moi-même et à me sentir tellement seule face à tout ça. Mon compagnon, lui vivait plutôt bien les choses et ne se rendait pas vraiment compte de l’état dans lequel je me trouvais. De plus, il était difficile pour moi d’expliquer mon état d’esprit. Physiquement, je n’ai jamais été malade et dans l’ensemble tout s’est toujours très bien passé jusqu’au bout ! Mais dans ma tête… Je me suis mise plus d’une fois à regretter et à vouloir tout arrêter… Quand on a décidé d’annoncer la bonne nouvelle, je me suis sentie soulagée quelques temps. Mais je me suis très vite renfermée dans ma bulle.

J’étais la première de mes amies à tomber enceinte et je me sentais terriblement seule, comme tombée d’une autre planète ! J’ai eu l’impression tout à coup d’être devenue quelqu’un d’autre à leurs yeux… On ne m’appelait plus pour prévoir les sorties du week-end ou encore moins pour aller boire un verre en terrasse… Mais finalement je ne leur en veux pas, car on m’a sûrement « mise de côté » pour mon bien, pensant que mon état, même si être enceinte n’est pas une maladie, ne correspondait plus avec leur rythme de vie.

Après la fin du premier trimestre, j’ai commencé à accepter ce nouveau corps et cette nouvelle vie, qui était devenue la mienne finalement. Je me suis mise à profiter de mes soirées en solo pour prendre soin de moi et de ce petit être qui grandissait à l’intérieur de moi, créer un lien avec cet enfant que je ne connaissais pas… Et puis avec les hormones et les joies du deuxième trimestre, tout est très vite rentré dans l’ordre. Je me suis surprise à devenir une autre facette de moi-même et souvent on m’a complimenté sur ma capacité à vivre cette grossesse de façon très zen, car finalement personne ne s’est réellement rendu compte de ma détresse des premiers mois…

Pendant ces huit mois de grossesse, j’ai pleuré énormément, fait de nombreuses crises d’angoisses, regretter bien trop souvent d’avoir voulu cet enfant, et regretter par la suite d’avoir eu des pensées si négatives. Je me suis sentie seule un milliard de fois, et en même temps tellement entourée d’amour de mon entourage. J’ai détesté mon corps, regretté mes fringues d’avant grossesse, et au contraire j’ai adoré voir mon ventre devenir tout rond et de plus en plus gros… Je suis passée par tellement d’émotions !

Pour finir, je pense que oui, on a le droit de ne pas aimer être enceinte, et surtout on a le droit d’en parler ! Être enceinte c’est beau, c’est vrai, on va donner la vie, mais je pense qu’on ne parle pas assez des émotions et de l’état d’esprit par lesquels va passer la femme enceinte avec tous ces chamboulements hormonaux. Avant de tomber enceinte, j’aurais aimé lire un témoignage à ce sujet, qui peut être m’aurait fait déculpabiliser…

Olivia

http://simplementolivia.canalblog.com
https://www.instagram.com/_oliseus/