Témoignage de Cécile

Durant neuf mois on s’imagine à quoi, à qui il/elle ressemblera, quelle couleur seront ses yeux, si elle/il aura beaucoup de cheveux, etc.
Alors oui je me suis beaucoup posées de questions durant ces neuf mois : si je serai à la hauteur dans mon rôle de maman, si mon chéri restera ou s’il me quittera, si notre couple allait tenir ou pas. Heureusement mon chéri, a toujours été présent durant ma grossesse et il m’a beaucoup aidée et ça m’a permis de passer une grossesse calme et épanouie.

Quand j’ai appris ma grossesse, c’était le jour de l’anniversaire de mon chéri. J’étais heureuse d’avoir ce petit être en moi mais à la fois j’étais un peu angoissée par l’avenir et par la grossesse. Je me posais mille et une questions, que ce soit sur la fausse couche, et sur le fait que mon bébé ne grossisse pas assez. Si c’est un garçon alors que je souhaite au plus profond de moi-même une fille, est-ce que je l’aimerais aussi fort ?

Dès le début on s’est dit qu’on ne dévoilerait ni le sexe, ni le prénom pour que la surprise soit encore plus forte pour la famille le jour de l’accouchement.
Ce n’est vraiment pas facile de tenir le secret, que ce soit pour annoncer la grossesse et le sexe et prénom du bébé. On dit qu’il faut attendre trois mois car rien n’est certain avant mais moi j’ai tout de suite senti au fond de moi que mon bébé tiendrait et qu’il/elle serait en bonne santé. Nous n’avons pas réussi à tenir jusqu’au trois mois, je l’ai annoncé à ma mère à un mois, à mon père  à un mois et demi et à ma belle famille à deux mois.
Ce qui me faisait le plus peur, c’était la réaction de ma mère et celle du père de mon chéri. J’appréhendais vraiment et puis finalement la réaction de ma mère était top, elle était super contente pour nous. Quant au papa de mon chéri, il a trouvé que c’était trop tôt, peut-être pas assez réfléchi. Ce à quoi je lui ai répondu :  «  Je sens que mon bébé tiendra, c’est pour ça qu’on vous l’annonce, et ça fait quand même trois ans que l’on est ensemble, nous avons des CDI tous les deux, le bébé ne sera pas malheureux. »
Au final je m’en fichais un peu de ses remarques car j’étais heureuse et épanouie, je ne ne me rendais pas compte qu’avant, au fond de moi je n’étais pas si heureuse que ça, et quand j’ai appris ma grossesse, là je me suis sentie complètement heureuse.

Puis est arrivée la première échographie des 12 SA. Cette échographie où l’on aperçoit pour la première fois son bébé qui grandit en nous. J’avoue que je ne réalisais toujours pas que ce petit être était en moi que c’était moi qui l’avais fait ! Ce cap où on se dit que les nausées sont finies  (heureusement pour moi elle se sont vite envolées).

Puis il y a les premiers mouvements que l’on ressent… Alors c’est vrai qu’au début ce ne sont que des sensations de vagues, puis, plus les semaines passent plus se sont de vrais coups et des mouvements. On est toutes pressées de ressentir les mouvements, mais je trouve que ce n’est pas toujours agréable de ressentir les coups car ils sont mal placés (sous les cotes ou dans notre vessie) mais c’est magique de sentir cette vie en nous.
Puis il y a la révélation du sexe. Ce moment que l’on attend avec impatience, c’est le soulagement de savoir que tout va bien et de savoir le sexe de notre futur enfant. Parallèlement, je me suis dit que, finalement si c’était un garçon je l’aimerais aussi fort qu’une fille. Nous étions heureux d’être des futurs parents d’une petite princesse.

Les mois passent, les coups se font de plus en plus ressentir. Puis il y a eu la première sensation ressentie lors de son premier hoquet, encore une nouvelle sensation qui reste privée entre la maman et son bébé.
Le rendez-vous avec l’anesthésie arrive, on discute de tout et de rien et là je me suis dit que mon bébé allait arrivé, notre poupée serait là dans un mois.
Puis vient le rendez-vous de la dernière échographie, où l’on voit son bébé derrière un écran, la prochaine fois que nous la verrons, ça sera en vrai, elle sera dans nos bras. On m’a toujours dit que le dernier mois serait long. Et j’ai toujours espéré que ça ne soit pas le cas. Puis finalement le plus long pour moi ont été les deux dernières semaines car c’est vrai qu’on a hâte de voir sa bouille et de la tenir contre nous.
J’ai tout essayé pour accoucher avant le terme mais je ne vais pas vous mentir : ça n’a pas fonctionné. C’est le bébé qui décide de venir nous rejoindre quand il est prêt et quand il n’a plus de place dans le ventre de sa maman.

Neuf mois c’est long et à la fois court car j’ai profité de chaque moment, de chaque sensation que j’ai pu ressentir. Ces neuf mois de tête-à-tête avec son bébé c’est une chose pour laquelle je remercierai jamais assez la nature de faire ce magnifique don à nous les femmes.
Je dis peut-être ça car j’ai eu une grossesse facile quand on enlève les doutes, les crises de larmes non expliquées et qu’elle s’est déroulée sans gros problème majeur.
Neuf mois c’est se préparer a un corps qui change, à avoir des marques pour certaines. Personnellement, j’ai vu mon corps changer, des marques apparaître et qui restent encore aujourd’hui mais se sont mes plus belle cicatrices car je suis fière d’avoir créé et donné la vie .
Les filles profitez de ces moments, se sont des moment uniques et je suis heureuse d’avoir été enceinte.

Cécile Grange

https://www.instagram.com/ceciledu01/