Témoignage d’Emeline

Février 2016, dernières règles. Mars 2016, je décide de faire un test de grossesse qui se révèle négatif sauf que je n’ai toujours pas de règles. Trop tôt ? Faussé ? Il se passe forcément quelque chose étant donné que cela fait presque un mois que rien ne se passe. J’ai parfois des petites douleurs ligamentaires mais c’est tout. Fin mars 2016 je décide de faire une prise de sang qui se révèle positive.
Je me rappelle encore lorsque j’ai été chercher les résultats avec ma cousine, juste avant l’heure on à fumé une cigarette à deux en disant : « Si c’est positif ça sera la dernière ! » Heureux tous les deux évidemment, le papa prévient son papa (donc le papi), peut-être un peu trop tôt à mon goût.
Mais voilà, début avril tout dérape. Échographie précoce de datation estimée à 6 SA, on ne voit rien juste un sac, mais on me dit que ça peut arriver surtout que c’était une échographie abdominale, il n’a pas cherché à passer en vaginale. On me dit de refaire une écho une à deux semaines après pour vérifier qu’il y a bien une évolution de grossesse.
Mi-avril je commence à avoir des pertes principalement en étant debout. J’appelle la maternité qui me dit que tant que ça ne ressemble pas à des règles, ce n’est probablement rien. J’ai envie de dire : « Bandes d’abrutis ! » Car pour toute perte de sang il est conseillé de consulter. Le lendemain ça continue mais je vais tout de même en cours, étant en 2ème année de BTS, je ne peux pas manquer les cours.
Le surlendemain c’est toujours pareil, même pire car c’est assez abondant, j’ai l’impression d’avoir mes règles. Je quitte donc les cours à midi et me rends aux urgences où j’attends tout de même un bon moment. Là-bas je suis prise en charge par deux internes qui m’examinent et me disent que tout va bien, ils n’arrivent juste pas à avoir le coeur mais cela arrive et ils me laissent repartir.
Le vendredi suivant je reçois un appel pour une échographie de contrôle étant donné qu’ils n’avaient pas réussi à entendre le coeur comme il le fallait. Je m’y rends donc la semaine suivante (le 28 avril 2016) comme prévu avec une amie que je connais depuis le collège car le papa ne pouvait pas être présent et je ne voulais surtout pas y aller seule (je vous conseille d’ailleurs de ne pas y aller seule et d’y aller avec une personne de confiance si le papa ne peut pas venir). Sauf que voilà la personne qui me reçoit m’examine et je vois bien à sa tête qu’il se passe quelque chose (entre temps les saignements s’étaient arrêtés) et il confirme ce que je pense, il n’y a plus rien et les deux internes de la semaine précédente n’auraient jamais dû me dire que tout allait bien car il s’agissait déjà d’une fausse couche. Je suis anéantie ! Comment peut-on assurer à une personne que tout va bien alors qu’elle est en train de faire une fausse couche ? Il m’envoie faire une prise de sang et attendre dans la salle d’attente pour les résultats. Quand il les a enfin eus, il me confirme que mon taux a diminué, que ma grossesse est interrompue depuis un moment mais c’est impossible de savoir depuis quand car les internes m’avaient eux aussi estimé à 6-7 SA hors et d’après ce médecin, j’aurais du être au début du troisième mois. Enfin il me donne du Cytotec pour évacuer ce qu’il reste et me fixe un rendez-vous de contrôle.
On dit que lors de la prise de Cytotec (qui normalement doit être retiré du marché car utilisé à tord pour déclencher des accouchements) on a des contractions comme lors de l’accouchement. Personnellement je n’ai rien senti. Alors je ne sais pas quand la poche s’est évacuée (avant ou pendant la prise de Cytotec) mais au rendez-vous de contrôle, je n’avais plus rien. Le papa et moi avons très mal vécu cette fausse couche et j’en ai tellement voulu à ces deux internes qui n’ont pas su faire un diagnostic correct et m’ont donné un faux espoir. Aujourd’hui encore j’y pense souvent. C’était une grossesse tellement attendue ! J’en parle jamais, très peu de personnes sont au courant mais je n’ai pas hésité à vous le partager car c’est quelque chose qu’on ne doit pas ignorer.

Emeline