Témoignage d’Emmeline

Alors j’écume les sites internet pour avoir des recettes pour diabétiques, je file dans les rayons spécialisés des magasins pour acheter du « sans sucre »… La semaine, j’arrive plutôt à bien gérer, mais le week-end quand on sort, c’est vraiment compliqué… Je dois me priver de choses qui me tente tellement… Ce n’est vraiment pas facile. Et puis parfois je me dis : « Oh c’est bon juste  une part de gâteau... » Mais quand je me pique… Aïe aïe aïe, le taux s’envole… J’ai aussi beaucoup de mal à me dire que manger du sucre peut avoir un effet néfaste sur mes bébés ou sur mon accouchement.
Lire le témoignage

Témoignage Anonyme

Un peu plus de quatre mois plus tard, nouveau test positif. Joie, bonheur, crainte, tout se mélangeait. La première consultation aurait dû me rassurer, mais l'embryon parait petit, trop petit peut-être pour la moyenne à 4 SA. Première angoisse. Deux semaines de vacances passent, tout va bien finalement. L'embryon a la bonne taille, le cœur bat, petit test sanguin pour vérifier que tout est bon et que je suis bien non immunisée à la toxoplasmose. Les résultats arrivent : toxoplasmose négative, mais CMV positif.
Lire le témoignage

Témoignage de Marie

L’examen n’a pas duré très longtemps, l’échographiste a mesuré le col et m’a dit : « Bon, là, c’est direction les urgences. » Mon col était raccourci à 22 mm, au lieu d’environ 30 mm normalement, il me semble, pour le terme. Ce jour-là je suis à 31SA pile poil. Alors là, le choc ! J’allais au cabinet pour un contrôle de routine, et on m’annonce que je dois me rendre au CHU, aux urgences pour faire un monitoring, là encore, seulement pour vérifier que tout va bien.
Lire le témoignage

Témoignage d’Aurore

Rendez-vous chez la gynécologue pour le suivi du 6ème mois. Mon mari ne pouvait m’accompagner pas ce jour- là. Elle m'ausculta et elle m’annonça une nouvelle à laquelle je ne m’attendais pas du tout... Col raccourci et mou, j’étais en Menace d’Accouchement Prématurée (= MAP). Mon bébé pouvait arriver à tout moment si je ne me reposais pas et limitait mes mouvements. Elle m’autorisa une sortie de trente minutes le matin et soir pour aller prendre l’air mais pas plus. Il fallait que je reste le plus souvent allongée pour garder bébé encore bien au chaud.
Lire le témoignage

Témoignage de Laurène

Pour ma part, je travaille avec les enfants, je connaissais donc ce virus et en début de grossesse j'ai demandé à ma sage-femme une prise de sang et là... Positive. Alors tout un scénario défile : des angoisses, du stress, des questions.  Car si le foetus l'attrape, il peut avoir des problèmes d'audition tardive, problèmes de développement, problèmes de langage, problèmes psychomoteurs, problèmes neurologiques... Et oui, ce virus CMV peut faire beaucoup de dégâts. Il y a même beaucoup de cas où les bébés en meurent...
Lire le témoignage

Témoignage de Marguerite

Malgré tout, les fortes doses de traitements n’étant pas bonnes pour le développement du bébé, les médecins évoquent un déclenchement à 34 SA et quatre jours tout en connaissant les risques encourus avec un enfant né prématurément. Le risque d’attendre n’était en réalité pas pour mon fils qui allait très bien mais pour moi. Les médecins craignaient que je ne puisse pas survivre à l’accouchement. Je refuse d’être déclenchée. Je me disais : « Impossible de faire sortir mon fils maintenant, il est trop petit. »
Lire le témoignage

Témoignage de Maud

Après un passage aux urgences de la maternité à 33 SA et plusieurs examens sanguins le diagnostic était posé : cholestase gravidique. À dire vrai, je m'y attendais compte tenu des symptômes présentés : des démangeaisons intenses sur les régions palmaires à devenir dingue ! Toutefois je n'osais y croire puisque la prévalence pour cette pathologie est de l'ordre de 0,8%. J'étais pourtant bel et bien touchée par cette maladie du foie qui se développe pendant la grossesse et disparaît après l'accouchement avec un risque de mort fœtale in utero.
Lire le témoignage