Témoignage d’Apolline

Ma premières fille a vingt mois. Vingt mois ou presque sans sommeil. Avant qu’elle naisse, j’avais lu plusieurs livres. Des livres disant notamment de respecter le rythme de l’enfant, c’est en substance ce que j’avais eu envie de retenir. Je ne m’étais jamais donnée de ligne de conduite pour l’éducation de mes futurs enfants et je comptais donc faire en fonction de mon bébé. Oui mais voilà… Ma fille ne dormait PAS : pas du tout, alors comment suivre son rythme sans rythme ?
Elle a fait sa première nuit à dix mois alors que j’avais perdu tout espoir qu’elle les fasse un jour. Je n’en pouvais plus de cette question : « Elle fait ses nuits ? » Non elle ne fait pas ses nuits ! Jamais. Par ailleurs, en plus de ne pas faire ses nuits, elle n’a (presque) jamais fait de sieste la journée et ceci n’est pas un abus de langage. Elle commence ses journées sur les chapeaux de roue vers 7/8h et les termine épuisée vers 19h. Heureusement j’ai un médecin bienveillant qui n’a jamais porté de jugement sur mes méthodes, sur mon bébé, sur moi. Néanmoins elle était tout autant démunie que moi face à ce non sommeil. Je me souviens lui avoir demandé à chaque visite : « Mais pourquoi elle ne dort pas ? », nous n’avons malheureusement jamais trouvé. Et moi à l’inverse je suis une grosse dormeuse. Si rien ne m’a semblé difficile dans la maternité, le manque de sommeil est vraiment le plus dur selon moi.

Je pense avoir tout essayé : veilleuse, bruit blanc, la faire dormir avec moi, à côté de moi, dans sa chambre, dans le noir total, dans la lumière, avec une gigoteuse, sans, avec un tour de lit, sans l’ostéopathe, l’homéopathie, bref tout. Et puis un jour, alors que j’étais enceinte de ma deuxième fille, épuisée, ma fille a dormi… Douze heures, sans se réveiller. Elle avait dix mois. J’étais épuisée, physiquement et moralement. Je n’avais plus la force de me battre, de la faire pleurer parce que c’était bien ça les tentatives de sieste : une bataille de pleurs, aussi bien elle que moi. Alors, j’ai arrêté de lui proposer les siestes la journée en dépit de tous les conseils pseudo bienveillants entendus. Quand je la couchais après le repas, elle se mettait très en colère. J’ai essayé de me « battre » avec elle pendant des heures. On sortait de ces batailles épuisées, et personne n’avait dormi. Elle faisait même caca de colère (l’expression caca nerveux prend tout son sens avec ma fille). Elle est entrée à la crèche à neuf mois et ça n’a rien changé.
Pourtant on m’avait dit : « Elle dormira quand elle entrera à la crèche. » NON. « Elle dormira quand elle marchera » : NON. Non non non et non ma fille ne dort PAS. Aujourd’hui à vingt mois elle ne dort toujours pas la journée. Heureusement, elle dort correctement la nuit (entre 10 et 12h mais rarement sans réveil). En journée, quand vraiment elle est fatiguée, elle me demande toute seule pour aller se coucher. Je la couche pour 20min/1h, rarement plus. Elle est pourtant très dynamique, elle court partout, elle saute partout, on multiplie les activités et pourtant… Ça ne la fatigue pas assez pour qu’elle dorme. J’ai tout entendu à ce sujet : que je n’étais pas assez ferme, que c’était à moi de décider et pas à elle, que je l’écoutais trop.
Moi je pense qu’en fait, elle est de ces tempéraments qui n’ont pas besoin de dormir beaucoup. Seulement un bébé qui ne dort pas et ce dès la naissance c’est rare, et je me trouvais perdue face à ce bébé si éveillé. Et puis… Que faire avec un nourrisson qui ne dort pas ? Comment occuper un bébé de deux mois ? Quatre mois ? Neuf mois ? Je me souviens avoir dit à mon médecin à l’époque : « J’ai l’impression qu’elle s’ennuie. » Elle m’avait répondu que ça n’était pas possible un bébé qui s’ennuie.

Et à la crèche alors ? Et bien ma crèche est super également, et ils écoutent son rythme. Elle est le seul bébé de sa section à ne pas dormir. Un bébé qui ne dort pas c’est donc rare mais ça existe. Ça existe, c’est dur et je n’ai pas trouvé de solutions miracles. La patience est ce que j’ai le plus développé depuis la naissance.

Aujourd’hui j’ai un deuxième bébé, de trois mois, je m’attendais à ce que le sommeil soit encore quelque chose de très compliqué. Et bien non. Elle fait ses nuits, elle dort en journée, pas énormément mais elle dort et ça me suffit, elle ne pleure pas (toujours) pour se coucher et je reconnais vivre ce deuxième bébé un peu plus facilement que le premier. Peut-être parce que je m’étais préparée à ce que ça soit très compliqué et que ça ne l’est pas, peut-être parce que je me suis habituée à la fatigue qu’apporte la maternité.

Apolline

https://www.instagram.com/apollineehkirch/