Témoignage d’Audrey

Notre grand garçon Léonardo est né en avril 2015 et nous savions assez rapidement que nous voudrions un autre enfant surtout que notre premier garçon est un enfant adorable et facile à vivre. Nous avions décidé que deux ans d’écart pour nos enfants seraient parfait pour eux, nous voulions des enfants qui grandissent ensemble et soient proches. Fin 2016, Léonardo avait à peine dix-neuf mois et je tombais enceinte !

Arthur s’est fait attendre jusqu’au bout de la grossesse puisqu’il est arrivé la veille du terme ! Mais l’accouchement a été tellement rapide que nous n’avons pas vraiment réalisé qu’il était déjà là lorsque l’on m’a posé ce petit bout sur ma poitrine… Même si nous étions impatients et qu’on l’attendait de plus de plus chaque jour qui passait, une telle arrivée nous a surpris ! Du coup contrairement à son aîné Léonardo, pas de longs moments à patienter en salle de travail, à papoter ou à rigoler avec le papa (une fois la péridurale installée bien sûr) ! Et le plus triste c’est que je n’ai pas même eu le temps de pleurer lors de l’arrivée de ce nouveau petit bout !

On peut se demander si on aimera son second enfant autant que le premier et ben je peux vous dire que OUI !!! Voir une nouvelle fois ce petit être sans défense, que nous avons fait à deux est tout simplement magique, c’est une deuxième merveille qui arrive ! Et on l’aime tellement fort qu’on peut même avoir peur de l’aimer encore plus que le premier ! D’ailleurs ça peut paraître un peu déboussolant comme sentiments !
Qui dit accouchement sans péridurale dit récupération plus rapide et tant mieux car contrairement à la naissance de mon aîné, nous avions décidé que je resterais seule à la maternité et que le papa ne resterait pas la nuit pour pouvoir s’occuper de notre grand à la maison et ne pas créer de jalousie ! J’étais donc en forme pour m’occuper de mon nouveau petit garçon mais aussi de mon grand garçon lorsqu’il allait venir me voir !

Nos premiers moments en tête à tête…

J’ai passé de longs moments et de belles nuits seule avec mon petit Arthur et nous avons déjà commencé à créer un lien très très fort, peut-être même un peu plus qu’avec Léonardo au même moment (j’ai le droit de dire ça ?!). Tout comme la première fois, j’adorais regarder mon bébé, le prendre dans mes bras et le sentir (vous voyez de quoi je parle ?!) ! Nous avons vraiment profité l’un de l’autre en tête à tête, du coup j’avais même l’impression que c’était plus fort encore que lors de la naissance de mon grand. Par contre c’est sûr que le papa n’a pas autant profité que la première fois et a pu se sentir un peu éloigné de ce nouveau bébé, surtout qu’il y a toujours des visites des proches la journée et donc papa a moins de temps pour pouvoir prendre son bébé dans les bras. Et avec les déjeuners et après-midis siestes à la maison avec notre grand, ça ne l’a pas aidé non plus à être très présent. Du coup, pendant ces premiers jours, le papa peut se sentir un peu frustré peut-être….

L’arrivée du deuxième enfant est aussi beaucoup moins stressante que la première fois, on sait où on va et on sait que l’on va gérer ! D’ailleurs même à la maternité, si on voit que tout va bien, on vous laisse gérer toute seule, le personnel ne passe que très rapidement mais reste présent si besoin. L’auxiliaire de puériculture m’a tout de même remontrer les gestes du bain et les premiers soins car on peut vite oublier… Et puis Arthur était si petit qu’on a quand même un peu « peur » ! C’est fou comme on oublie qu’ils ont été si petit ! D’ailleurs ensuite j’ai trouvé Léonardo immense alors que c’est plutôt un petit gabarit pour son âge !

La rencontre du petit frère…

Ayant accouché de nuit et n’ayant pas pu dire au revoir à mon grand et lui expliquer les choses, j’avais peur de sa réaction à son réveil.
Mais tout s’est bien passé à la maison le lendemain de mon accouchement : au réveil et comme d’habitude, il est venu dans notre chambre pour nous dire bonjour et nous faire un câlin… Ne me voyant pas, il a demandé à son papa où était sa maman et il lui a donc expliqué qu’il y avait une surprise, que on petit frère était arrivé et que sa maman était à la maternité. Il y avait aussi mes beaux-parents à la maison, qui étaient arrivés la veille pour garder notre grand garçon. Du coup, Léonardo était très heureux et apparemment très excité de découvrir enfin son petit frère !
Mes hommes sont donc arrivés à la maternité vers 9h30, je m’en rappelle tellement, je les attendais avec impatience et bien sûr j’ai filmé l’arrivée de Léonardo dans la chambre et sa réaction en découvrant son petit frère. Il est venu me faire un câlin et m’a demandé où était « Athuuur » comme il dit ! Et il n’avait pas oublié de prendre le cadeau qu’il avait choisi pour son frère : une peluche dinosaure qu’il lui a donné tout de suite. Bref, il était vraiment adorable, j’ai pris Arthur dans mes bras et il est venu lui faire un bisou et un câlin ! Il voulait même le prendre dans les bras et ne voulait pas qu’on lui reprenne son petit frère. Bref, instant magique entre les deux frères, c’était tellement mignon ! On l’avait tellement préparé à cette naissance que tout s’est bien passé, on était fiers et heureux !

Le retour à la maison…

Nous avions tellement hâte de rentrer tous ensemble à la maison ! Papa avait hâte de découvrir son nouveau fils et moi j’avais hâte de sortir de l’hôpital et retrouver mon grand garçon… C’était parti pour le début de notre nouvelle vie à  quatre !
Les deux premières semaines à la maison ont été un purs bonheur !! À quatre, on a l’impression d’être encore plus légitimement une famille (oui je sais c’est complètement idiot) ! Comme nous avons déjà vécu tout ça, on ne se pose plus mille questions, on connait « la chanson », on profite et on sait tout de suite ce qu’il faut faire ! Arthur est un bébé très calme qui ne pleure quasiment pas, c’est peut-être lié d’ailleurs (aucun stress des parents) !
Pour sa première nuit à la maison, on a hésité à le mettre dans sa chambre (chambre qu’il partage avec Léonardo). Notre grand nous dit qu’il veut bien d’Arthur dans sa chambre donc ça s’annonce plutôt bien… Comme à son habitude, Léonardo s’endort facilement après sa petite histoire du soir et des câlins, puis plus tard nous mettons Arthur dans son lit. Et puis lors des premiers gémissements/pleurs d’Arthur, on voit que notre grand se retourne beaucoup dans son lit et semble gêné… Alors même si on sait qu’il a le sommeil profond, on décide de prendre Arthur avec nous dans notre chambre. Les trois premières nuits, Arthur est dans son couffin au pied de notre lit puis ensuite on le déplace un peu plus loin dans notre grand dressing, de peur que Léonardo se sentent un peu exclus ou ne devienne jaloux…

Léonardo est un grand frère au top et je me demande ce qu’on a fait pour que ce soit si facile et qu’on soit si heureux !  Notre grand garçon est un vrai grand : encore plus que d’habitude il veut nous aider pour tout (ménage, bricolage, jardinage…), se sert tout seul lorsqu’il faut aller choisir son dessert ou son goûté et surtout il veut nous aider à s’occuper d’Arthur ! Il nous apporte son doudou, ses vêtements, lui parle, lui demande si ça va, nous dit quand bébé pleure, vient nous voir quand on le change ou qu’on lui donne le bain… C’est vraiment un bonheur de voir comment il réagit. Après il faut faire très attention quand même surtout lorsqu’il veut le porter, il faut alors lui dire gentiment qu’il est trop petit et que nous allons le faire.

Début de vie à quatre…

En plus de tout ça, j’avoue qu’accoucher en été a ses bon côtés: Papa Cocotte a pu prendre trois semaines de congés payés d’été dès la naissance d’Arthur (sans compter les onze jours de congés paternité qu’il prendra plus tard). Heureusement qu’il était avec moi pour ce début de vie à quatre car nous avions décidé de ne plus avoir de nounou depuis le début de mon congé maternité (pour une question de budget bien sûr) et on a pu commencer en douceur pour que chacun prenne ses marques !
Et il faut quand même le dire, avec deux enfants les journées passent encore plus vite ! Heureusement que nous étions deux car les matinées passent très vite (surtout si on a prévu de sortir de la maison) ! Et oui avec deux enfants en bas âge, tout est une question d’organisation : papa s’occupe du grand et maman du petit (ou inversement). Léonardo a beau être facile à vivre et débrouillard, à même pas deux ans et demi, il n’est pas autonome et il faut s’occuper de lui le matin ! Autant dire qu’on a encore moins de temps pour soi mais on le sait déjà quand on fait notre premier bébé, non ?!

La régression de l’aîné…

Après les deux premières semaines au top avec nos loulous, la semaine qui a suivi a été beaucoup plus difficile ! On est entrés dans la fameuse période de régression de notre grand : Léonardo a arrêté de faire pipi sur le pot, parfois il se met à crier comme pour imiter un bébé et veut qu’on l’aide à manger… Et surtout il ne veut plus aller au lit ! J’avais lu que ça pouvait arriver donc je ne me suis pas inquiétée et je le laissais faire… Mais pour le dodo, on était complètement perturbés et surtout on ne savait pas que ça pouvait arriver !
En effet, alors que Léonardo a toujours été un ange pour aller au lit pour le temps de la sieste ou le soir, c’est devenu un vrai calvaire ! Entre les biberons la nuit et les crises nocturnes du grand, pas facile à gérer et la fatigue peut prendre le dessus. Heureusement encore une fois que nous étions tous les deux disponibles et « opérationnels » avec mon homme ! On ne comprenait pas vraiment pourquoi il ne voulait pas aller se coucher : les premiers jours on s’énervait puis on restait avec lui le temps qu’il s’endorme mais lorsqu’il se réveillait dans la nuit, il hurlait et il fallait encore rester avec lui pour qu’il s’endorme et ça pouvait durer très longtemps ! Il n’arrêtait pas de pleurer et de dire qu’il ne voulait pas faire dodo puis il a commencé à nous dire qu’il voulait qu’on dorme avec lui ! Ses pleurs et ses cris étaient vraiment déchirants pour une maman poule comme moi, j’en avais les larmes aux yeux mais je voulais qu’il reprenne ses bonnes habitudes et ne pas l’habituer « à de mauvaises choses », j’étais perdue…

J’ai tout de même rapidement compris qu’il n’allait pas bien (donc inutile d’insister ou de crier, ce n’était pas du cinéma, il avait vraiment « mal » ) mais on ne savait plus comment faire pour le calmer même en essayant de le rassurer, de lui parler, on n’y arrivait pas. Une nuit, on était tellement épuisés qu’on l’a laissé venir dans notre lit (chose qu’on avait toujours refusé)… Cette nuit-là, Léonardo n’a pas arrêté de me coller et de me serrer très fort.
De plus, on avait remarqué que depuis quelques jours il n’arrêtait pas de nous dire constamment : « Je t’aime maman. » ,« Je t’aime papa. » Mais il disait aussi : « Je t’aime Arthur. » Trop mignon pensait-on…

Suite à cette ultime crise on a décidé, le soir suivant, de coucher Arthur dans son lit afin de voir si Léonardo n’était pas jaloux que son frère soit aussi proche de nous… Léonardo était content de voir que son frère était avec lui dans sa chambre… Mais au moment du couché, il n’a pas voulu aller dans son lit. On a donc décidé de prendre son matelas et de l’installer dans notre chambre… Ainsi on a pu passer des soirées et des nuits un peu plus faciles : Léonardo se couchait en même temps que nous sur son matelas (et encore il voulait venir dans notre lit), il se réveillait dans la nuit et je devais lui donner la main, le rassurer…

On avait compris que Léonardo n’était pas jaloux de son frère mais qu’il avait peur de perdre sa place dans nos coeurs, peur qu’on ne l’aime plus ou moins que son frère. Du coup, nous avons été (très) patients, nous faisons bien attention à continuer de faire des choses avec lui, de bien nous occuper de lui et de lui répéter constamment que nous l’aimons et que nous l’aimerons toujours.

Au bout d’une semaine de dodo dans notre chambre et comme papa avait repris le boulot depuis 2 jours, j’étais pleine de motivation pour remettre Léonardo dans sa chambre! On est tous allé dans sa chambre en lui disant que les vacances étaient finies, que papa travaillait donc qu’il fallait qu’il retourne dans sa chambre et que de toute façon on était à côté. Nous avons lu des livres tous ensemble, essayé de le rassurer puis je suis allée chercher le poupon que je lui avait acheté à la naissance de son petit frère. Je lui ai dit de le prendre, de s’en occuper et de dormir avec lui… puis nous nous sommes couchés à côté de son lit sur le tapis en lui disant qu’on restait avec lui le temps qu’il s’endorme… Après pas mal d’agitation et de patience (on a failli craquer j’avoue), Léonardo s’est finalement endormi!!!  Bon la première nuit il s’est réveillé 2 fois dans la nuit mais se rendormait très vite après un petit mot gentil et un petit bisou!
Nous avons eu encore un mois un peu compliqué où Léonardo ne voulait pas s’endormir tout seul, il fallait donc que mon homme reste avec lui le temps qu’il s’endorme (et ça pouvait prendre 1h) et il se réveillait plusieurs fois la nuit en nous appelant. Là il fallait y aller et attendre encore qu’il se rendorme. Pareil pour la sieste, c’était un calvaire et il fallait attendre avec lui. Bon au moins nos deux loulous dormaient dans leur chambre et nous avions retrouvé un peu d’intimité. Et puis j’ai aussi compris que Léonardo commençait à faire des cauchemars, c’est pour ça qu’il nous appelait la nuit… Je ne peux pas dire si ses cauchemars étaient liés à l’arrivée de son grand frère… Même s’il Léonardo parle très bien impossible de savoir ce qui lui faisait peur !

Notre routine…

Aujourd’hui, un peu plus de deux mois après l’arrivée d’Arthur, on commence enfin à bien trouver notre rythme et nous sommes toujours hyper organisés ! C’est la clé pour que tout se passe bien ! Léonardo s’endort de mieux en mieux tout seul et ne se réveille quasiment plus la nuit. Et là c’est vraiment que du bonheur !!! Enfin, ça sera parfait quand Arthur ne se réveillera plus la nuit pour ses biberons !

Je peux vous avouer que ce n’est quand même pas facile à gérer l’arrivée du deuxième enfant… On ne veut pas que notre aîné se sente délaissé donc on fait attention à tous nos gestes envers lui et envers son frère. Je l’aime tellement, il a été mon premier bébé et il faut qu’il comprenne qu’il sera toujours énormément aimé par ses parents et que l’arrivé de son petit frère ne change rien, bien au contraire ! Et puis je n’ai pas envie non plus de délaisser notre cadet qui est un bébé super cool et ne pleure quasiment jamais. Je l’aime tellement fort lui aussi, j’ai envie qu’il se sente aimé et en sécurité ! Bref, pas évident d’être juste envers ses deux enfants mais on fait au mieux et on écoute notre coeur de parents comblés.
La vie à quatre nous va très bien et nous avons hâte de les voir grandir ensemble !

Donc mes poulettes, évidemment c’est du pur bonheur d’avoir un deuxième enfant, c’est encore plus d’amour à partager et à donner, « l’amour se multiplie » !
Néanmoins, n’oubliez pas que vous allez « repartir à zéro », recommencer à vous occuper d’un tout petit bébé, qu’il y a les crises de coliques, les biberons toutes les 3h et donc des nuits courtes… Et cette fois, on ne peut plus se rendormir le matin car il faut s’occuper de l’aîné même si bébé se rendort ! Notre grand Léonardo est un ange et il adore son petit frère. Il reste adorable, il arrive à s’occuper tout seul et en plus Arthur est toujours un bébé très calme et très zen pour le moment (parfois on se demande s’il y a un nouveau-né dans la maison !) donc tout se passe bien et je suis toujours sur mon nuage !

Mais je ne ferai pas ma langue de bois et je dois quand même vous dire que si vous êtes déjà épuisée, fatiguée avec votre premier enfant, peut-être que vous devriez attendre un peu avant de lancer le deuxième.
Pour le bien-être de vos enfants, de votre couple et de vous-même, réfléchissez bien… La fatigue peut amener à de l’impatience, des crises et des larmes alors qu’une deuxième naissance et l’arrivée d’un nouvel enfant ne devrait être que du bonheur. Pour ma part, je suis parfois étonnée de voir comment mes enfants m’ont rendue patiente et pour la fatigue je suis plutôt bien résistante. Papa Cocotte a repris le boulot et c’est moi qui me lève la nuit (en semaine) et pour l’instant je gère ! En même temps, j’aime tellement retrouver mon petit Arthur la nuit en tête à tête, profiter de lui et lui faire des câlins. Tout est une question d’envie, de motivation et de mental !
Et si vous le sentez, que vous êtes prêtes, que monsieur aussi, foncez c’est génial (dixit la nana qui a son deuxième enfant que depuis deux mois) !

Audrey

https://www.instagram.com/lamamancocotte/