Témoignage de Violine

Je suis une maman de 42 ans.
En couple avec le papa depuis mes 16 ans. J’ai trois enfants : une fille de 16 ans maintenant une autre de 13 ans et un petit garçon de trois ans.
Je suis infirmière depuis l’âge de 24 ans.
Mais trois allaitements ont été différents.
Ma première fille Emma est née alors que j’avais 24 ans et elle est née en avance à trente-six semaines d’aménorrhée et cinq jours j’avais toujours voulu allaiter.
Dès sa naissance cela a été très compliqué elle ne pesait que 2,640 kg et 46 cm, elle avait énormément de mal à prendre le sein et les avis contradictoires m’empêchaient de me faire confiance. Une auxiliaire de puériculture me disait de la mettre au sein, la suivante me disait de lui donner un biberon en me faisant culpabiliser qu’elle était trop petite et qu’elle ne grossirait pas…
Malgré mon expérience d’infirmière, les premiers jours furent vraiment très difficiles.
Je tirais mon lait et je lui donnais au biberon, en lui donnant le biberon je pleurais toutes les larmes de mon corps, l’allaitement était vraiment très important pour moi et j’étais en plein baby blues…
J’ai continué comme ça pendant neuf jours je me levais même la nuit pendant qu’elle dormait pour tirer mon lait et stimuler ma lactation…
Épuisée au bout de neuf jours, ma belle-sœur ayant allaité sa fille pendant neuf mois m’a donné ce conseil très précieux :  « Elle m’a dit passe une journée entière s’il le faut mais met ton bébé au sein tout le temps; plus de biberon ! »
J’ai passé une journée horrible, elle était à mon sein toute la journée et même toute la nuit mais à partir de là, l’allaitement s’est vraiment mis en place.
Emma a dormi dans notre chambre de sa naissance à ses trois mois mais dans son petit couffin.
C’était ma première enfant il a donc fallu retourner au travail dès l’âge de quatre mois j’ai mis en place un allaitement mixte dès ses trois mois et le premier biberon de lait artificiel a été une vraie souffrance pour moi…
Je lui donnais le sein avant de partir travailler donc parfois le matin à 6h elle était encore endormie et dès que je la récupérerais à 14h lorsque j’étais d’après-midi je lui donnais le sein juste avant de la déposer et dès que je rentrais vers 21h. J’ai continué comme ça jusqu’à ses un an puis Emma s’est lassée toute seule et n’a plus voulu téter, elle préférait le biberon qui allait plus vite…

Mon second allaitement trois ans après fut totalement différent. Ma fille Lise est née à neuf jours du terme elle avait 3 kg100 et 51cm elle a tété des la salle d’accouchement impeccablement bien et l’allaitement a été un bonheur total !
Je précise que j’ai pris un congé parental ce qui m’a permis de me lancer à fond dedans sachant que je n’arrêterais pas rapidement. J’étais bien décidée à l’allaiter aussi longtemps qu’elle le souhaiterait. Elle a fait ses nuits à l’âge d’un mois.
Par contre chaque soir elle s’endormait en tétant et cela durait de 20 à 22h !
Cependant nous aimions ça toutes les deux.
Lise a dormi près de moi son premier mois et le plus souvent avec moi dans le lit.
À six mois le pédiatre a estimé qu’elle ne grossissait pas assez et m’a imposé le biberon !
Je suis sortie du cabinet bien décidée à continuer de l’allaiter. J’ai pris contact avec l’association la Lèche League et je suis allée à une réunion. J’ai constaté que la courbe de poids des bébés allaités et celle des bébés nourris au lait artificiel n’avaient rien à voir et que ma fille était tout à fait dans la courbe. J’ai donc continué l’allaitement malgré l’avis de mon pédiatre.
Lise n’a jamais accepté un biberon même de mon lait et à tété jusqu’à l’âge de vingt-six mois !

Enfin mon dernier allaitement à l’âge de 38 ans avec un petit garçon né à deux jours du terme avec un poids de 3.650kg et 53cm fut lui aussi différent.
Il a très bien tété dès sa naissance et très bien jusqu’à la reprise du travail.  Je n’ai pas pu prendre un congé parental j’ai donc repris à 50% à ses cinq mois.
J’avais préparé mon fils à l’entrée à la crèche en lui donnant des biberons de mon lait de temps en temps au biberon.
Il les prenait très bien mais dès qu’il est entré en crèche il les a catégoriquement refusés.
Il restait 8h sans manger… Je l’allaitais au dernier moment à la crèche, puis dès mon retour… J’ai essayé de lui faire des préparations au lait maternel, il n’en a jamais voulues.
Nous avons donc commencé la diversification alimentaire à cinq mois et demi, je ne supportais pas qu’il ne se nourrisse pas…
Il n’a plus jamais voulu de biberons et il tétait dès que j’étais là.
Je tirais mon lait deux fois sur mon lieu de travail et le donnais au lactarium vu qu’il n’en voulait pas mais qu’il fallait stimuler ma lactation !
À l’âge d’un an j’ai arrêté de tirer mon lait car ma  lactation était bien en place.
Isaac tétait le matin puis avant sa sieste au goûter et avant le coucher. Il s’endormait beaucoup au sein mais arrivait à trouver aussi le sommeil sans moi dans son lit.
Il a cependant dormi avec moi ses six premiers mois dans mon lit dans un cocoonababy ! Il n’a fait ses nuits qu’à dix-huit mois et se réveillait beaucoup mais pas toujours pour téter. J’avais installé un petit lit dans ma chambre pour les nuits difficile …
Il a tété jusqu’à l’âge de vingt-cinq mois et du jour au lendemain il a décidé qu’il voulait un biberon de cacao le matin et plus rien le soir !
C’était la fin de l’allaitement, pour moi cinq ans de ma vie !
J’ai beaucoup aimé allaiter et je suis heureuse que mes enfants aient pu décider de ce qui leur convenait le mieux.
N’écoutez pas les médisants, ceux qui y voient de l’inceste ou d’autres bêtises, on m’en a sorti tant !
Vous seule savez ce qui est bon et votre lait est forcément le plus adapté à votre enfant !
Bel allaitement à vous toutes et le mot d’ordre : la confiance en soi et en votre enfant !!!

Violine

https://www.instagram.com/violine2012/